Please reload

Posts Récents

Comment arrêter de se saboter soi-même.

February 8, 2018

Une guide pour dépasser ses propres limites.

 

La majorité des personnes qui viennent le voir en thérapie conjugale viennent dans l’espoir de trouver des choses à améliorer dans leur comportement pour pouvoir faire évoluer leur relation en mieux. Elles sont perdues et ont besoin d’outils précis à mettre en place.

La plupart du temps, il est facile de déceler ce qui cloche, les cercles vicieux en place. On envisage ensuite ensemble les solutions pratiques à mettre en place : comment agir dans telle ou telle situation, que dire, quelle attitude adopter en général ou par rapport à telle ou telle réaction du conjoint, etc.

La plupart du temps, les choses se mettent en place avec plus ou moins de vitesse, mais c’est incroyablement efficace et satisfaisant pour tout le monde.

 

Mais parfois… Parfois la personne n’arrive pas à mettre en place ce qui a été convenu. C’est plus fort qu’elle. Elle continue soit à faire des crises de jalousie, soit à être dans un reproche permanent, soit à materner son conjoint, etc.

C’est ce qu’on appelle de l’auto-sabotage. On sait que ce n’est pas bon. Mais on le fait quand même.

 

Attention, pour ceux qui ne sont pas familiarisé avec ce terme : personne n’essaye intentionnellement de tout bousiller dans sa vie.

 

L’un des effets les plus néfaste de l’auto-sabotage, c’est que ça n’améliore pas la situation, certes, voire ça l’empire, mais qu’en plus, on en retire une très mauvaise image de soi. En même temps que son couple (ou son métier, ou son rapport avec son père, ou ses études, etc.), c’est son estime de soi qu’on met à terre.

 

Voici 5 outils que j’utilise pour aider mes consultants à se libérer de cette voix intérieure qui leur dit qu’elles sont en train de tout gâcher…  et de pouvoir saisir pourquoi ils « n’y arrivent pas ».

 

 

 

1. Demandez à vos émotions « Pourquoi ? »

Vos émotions peuvent vous servir à repérer si vos actions présentes sont alignées avec votre vérité personnelle.

Il y a toujours une raison si vous vous sentez effrayé, ou blessé, ou fâché. On pense souvent que de telles émotions ne sont pas « bonnes » et qu’il vaut mieux rester toujours positif, mais plus vous évitez ces émotions désagréables, plus elles vous envahissent, et restent stockées tant qu’on ne les prend pas en compte.

La meilleure chose à faire est de vous honorer en acceptant toutes les émotions qui vous viennent. Après coup, demandez-vous : « Qu’est-ce qui m’a blessé/mis en colère/fait pleurer à ce point ? Quel est la croyance qui se cache là-derrière ? »

 

2. Faites une liste de vos pensées auto-destructrices.

Prenez un temps calme pour vous asseoir avec vous-même et écrivez tout ce qui vous vient pour dire pourquoi vous ressentez ces émotions négatives. Explorez-vous, faites preuve d’honnêteté. Le but de cet exercice est d’être conscient de ce qui vous fait mal, et pas de vous critiquer vous-même.

Si vous avez tendance à vous juger, je vous conseille de faire cet exercice après une séance de méditation ou de sport, ou de le faire en compagnie d’un thérapeute.

Après avoir écrit cette liste, demandez-vous : « De qui me viennent ces idées, et est-ce qu’elles sont vraiment vraies ? »

 

3. Laissez couler la négativité.

Vous n’avez pas besoin de vous charger du fardeau des autres.

Vous pouvez vous faire un rituel de guérison avec ce papier sur lequel sont écrites toutes les idées fausses qui expliquent pourquoi vous ne pouvez pas vous aimer. Voici quelques façons de vous en libérer :

  • Allumez une bougie et faites brûler ce papier en imaginant vous libérer de ces fausses vérités.

  • Enterrez ce papier dans la terre en étant conscient que ce fardeau n’est plus le vôtre.

  • Barrez ces phrases et écrivez à la phrase de nouvelles phrases pleines d’amour, sur des choses que vous aimez en vous, et que ce que vous voulez devenir.

Demandez-vous : « De quoi puis-je encore me débarrasser qui ne m’appartient pas ? »

 

4. Réécrivez votre histoire.

Dans une situation donnée, on peut avoir deux façons de réagir différentes, parce que la façon de vivre la réalité est toujours filtrée par notre manière de percevoir le monde.  Choisissez la façon dont vous voulez réagir aux événements, qu’ils soient passés ou présents.

Vous pouvez décider soir de subir la situation, de prendre des médicaments pour ça et de vous en plaindre. Ou vous pouvez décider d’être reconnaissant pour les leçons apprises, de choisir entre accepter la situation, la transformer ou la quitter. C’est en général ce qui permet de guérir peu à peu.

Quand vous y serez prêt, soyez curieux au sujet de votre douleur et demandez-vous : « Quel est le cadeau caché dans cette expérience, et en quoi est-ce qu’il me sera utile pour évoluer ? »

 

5. Exprimez-vous.

Quand les voix dans votre tête qui vous disent « je n’y arrive pas », et « je suis lamentable » se feront plus discrètes, une voix plus douce se fera entendre. C’est une voix qui envoyait des mots d’encouragement et de guérison quand vous étiez au fond du trou, une voix qui ne vous a jamais jugé et ne vous a jamais abandonné, même si vous aviez du mal à l’entendre.

Plus vous ferez attention à elle, plus elle deviendra forte, jusqu’à ce que vous réalisiez que cette voix a été toujours présente.

Demandez-vous chaque jour, quand vous le voulez : « Qu’est-ce que la voix de mon cœur est en train de me dire ? »

 

Prêt pour une nouvelle relation de couple ? Voici une vidéo qui vous donnera deux choses à arrêter tout de suite pour mieux vous connecter à votre partenaire.

 

 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
SAS-Margot R-W, 4-6 chemin du terrain des Sports, 10440 la Rivière de Corps, wintmargot@yahoo.fr