Please reload

Posts Récents

Mon enfant ne veut plus me parler depuis ma séparation

January 27, 2017

Dans ma clientèle, je rencontre souvent des femmes qui connaissent de gros problèmes relationnels avec leurs enfants suite à une séparation d’avec leur conjoint.

Souvent, l’enfant, adolescent ou pré-ado, va vivre chez son père suite à une séparation compliquée (avec conflit autour de la garde, etc.), et l’enfant finit par ne plus vouloir voir ou parler à sa mère.

La plupart du temps, cette mère se sent victime du père de l’enfant, et pense clairement que le papa est en train de monter leur enfant contre elle.

Et elle a juste très envie de renouer le contact avec son enfant…

 

Je ne suis pas forcément d’accord avec le fait que le père dans ce cas essaye de monter l’enfant contre vous, si vous êtes dans ce cas. Dans une séparation qui se passe mal, les reproches se font souvent de part et d’autre. Il y a beaucoup de blessures engendrées des deux côtés, beaucoup de paroles dures que l’enfant à entendues, d’un côté comme de l’autre.

Ce que je sais aussi, pour l’avoir personnellement vécu, c’est à quel point il est douloureux d’avoir un enfant qui se détourne de nous, en tant que maman. Nous vivons déjà une situation compliquée d’exclusion, et le rejet vient en prime de notre propre enfant. C’est extrêmement blessant et déstabilisant. Je sais que pour aider les gens à aller mieux, il est bon de reconnaitre d’abord à quel point ils ont mal. Alors je vous le dis, et je sais de quoi je parle. Je sais que ce que vous traversez, si vous êtes dans ce cas, est très, TRES, douloureux.

 

 

 

Alors, que faire ?

 

Sortir du statut de victime.

 

Actuellement, vous avez pris la place de la victime. Mais si vous vous définissez comme la victime de la situation, vous n’avez plus le pouvoir d’agir… une victime se définit par son incapacité à agir. Et si vous ne pouvez rien faire… vous ne pouvez pas guérir cette situation. Point.

 

Je vous invite à coucher vos sentiments sur papier (c’est ce qu’on réalise dans mes séance de thérapie familiale, mais vous pouvez aussi le faire seule). Vous portez actuellement une série de sentiments en vous, comme la colère, la tristesse, la peur, les regrets, la honte, l’amour, etc., même si actuellement, ce qui est le plus présent et le plus envahissant, c’est le sentiment d’être blessée.

Vous pouvez laisser aller cette douleur en analysant TOUS vos autres sentiments.

Je vous invite à mettre en mots ces sentiments et à indiquer de façon très factuelle ce qui les a provoqué. Ne dites pas par exemple « Je suis en colère parce qu’il a monté notre fils contre moi », ou « Je suis en colère parce que mon ex a dit des choses dégueulasses à mon sujet ». C’est trop abstrait. Trouver des détails, des faits, des choses que vous avez vues et entendues. Et reconnaissez vos émotions en réactions à ces faits précis. Qu’avez-vous entendu votre ex dire ? Qu’est-ce que votre enfant l’a entendu dire ? Qu’est-ce que vous pensez qu’il a dit ? Soyez spécifique. C’est ce qui va vous aider à laisser aller la douleur liée à cette situation. Vous ne pouvez rien résoudre tant que votre douleur est trop grande.

Finalement, vous pouvez lâcher-prise là-dessus. ET vous pouvez l’écrire selon ce schéma :

Je lâche prise sur …. (ce qui s’est passé)

Je lâche prise sur … (ce qui n’a pas eu lieu et que vous auriez aimé)

Je lâche prise sur… (ce qui peut arriver ou qui est peut-être en train d’arriver)

Je lâche prise sur… (ce que vous auriez aimé faire, ou dire, ou être)

Je souhaite… (ce que vous voulez, en positif)

Et vous pouvez écrire, même sans le ressentir pour le moment, que vous pardonnez pour telle ou telle chose.

 

Lâchez prise face à votre ex.

 

Je suis désolée de vous décevoir, mais pour toute cette liste à écrire, je vous demande de vous concentrer non sur votre enfant, mais sur votre ex ! Il va vous falloir lâcher prise sur ce qui s’est passé entre vous. C’est votre premier pas.

En lâchant prise, en décortiquant toutes vos émotions négatives, vous devenez capable de mieux comprendre ce qui vous a blessé l’un et l’autre. C’est un chemin obligatoire pour résoudre votre problème.

 

Votre seconde étape sera de guérir cette relation avec votre ex. D’ouvrir le dialogue avec lui.

Vous pouvez lui écrire une lettre sur le modèle ci-dessus. Vous pouvez le lui dire au téléphone, en vous servant de ce que vous avez écrit. Vous pouvez lui laisser un message vocal. Lui écrire un mail. C’est à vous de choisir. Et c’est vraiment important de le faire.

 

En tant que victime, vous ne vous percevez pas comme responsable du problème. C’est évidemment l’autre, l’unique responsable. En prenant soin de vos émotions autour de cette séparation, vous arrêtez de vous sentir comme la seule victime, et vous pouvez prendre la hauteur et reconnaitre comment vous avez contribué au problème.

 

Vous pouvez lui dire quelque chose comme :

J’ai évolué dans ma vie. J’ai entretenu beaucoup de rancœur mais j’en ai fini. Je veux que tu saches que je n’ai plus de haine pour toi et j’espère que tu vas bien. J’ai révélé ce qu’il y avait de pire en toi à l’époque en faisant ….. . J’ai été critique, négative, je t’ai fait des reproches pour ….. . Je n’étais même pas honnête envers moi, et je te donnais trop de temps à la place de prendre du temps pour moi, et je t’ai reproché à toi de ne pas m’avoir rendue heureuse, alors que ce n’est que moi qui avais le pouvoir de me rendre heureuse. J’ai appris que j’attendais trop de toi, et j’étais trop dans la demande, et trop dans le besoin, et trop dans la critique.

 

Ne forcez pas votre enfant à prendre parti, en faisant la paix.

 

Ou que vous en soyez, le fait d’avoir conscience de tout ça, et le fait d’être responsable de vos propres actions vous libère du statut de victime.

Si vous n’êtes plus la victime de votre ex, votre enfant n’aura plus à prendre parti. Ca le libèrera aussi, même si vous ne lui en parlez même pas. Votre enfant ne se sentira plus forcé de choisir un camp. Actuellement, il a choisi un parti et il n’en changera pas à moins qu’il voit qu’être de votre côté aussi ne le fait pas renier son père.

Votre travail à vous est de créer une relation plus apaisée avec son père. En se mettant dans cette dynamique, votre fils s’ouvrira à plus d’amour pour vous à nouveau.

Actuellement, il est dans la situation compliquée de devoir choisir. S’il vous choisissait vous, il rejetait son père. S’il choisissait son père, il vous rejetait, vous. C’est le chemin qu’il a choisi : il s’est aligné sur son père. Se réconcilier avec vous signifie qu’il doit rejeter son père puisque vous vous rejetez l’un l’autre. Ce n’est pas ce qu’il souhaite faire.

 

Votre enfant est en train de vivre quelque chose de traumatisant en rompant avec l’un de ses parents. Le plus grand cadeau à lui  faire, c’est de guérir d’abord vos propres blessures. Vous pouvez commencer à agir pour résoudre ce problème en vous et retrouver une communication avec votre fils, en reconnaissant en quoi vous avez contribué au problème de votre séparation.

 

 

 

Si vous vous sentez vous-même dans le même type de schéma, vous pouvez également prendre contact avec moi pour voir plus clair dans votre problème et éventuellement prendre un rendez-vous à la suite de notre conversation. 

 

 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square