Please reload

Posts Récents

7 choses que j’ai juré ne jamais faire en tant que maman – et que j’ai faites quand même.

January 22, 2016

Avant d’avoir des enfants, j’avais certaines idées préconçues sur la maternité.

 

J’imaginais ma famille assise au parc autour d’un pique-nique  bio, sans gluten, sans sucre, sans produits laitiers, parfaitement assorti à notre look bobo (chemises à carreaux,  des jupes printanières, tout ça). Je m’imaginais en train de lire des contes de fées à mes enfants, mon organizer m’ayant permis de m’acquitter de toutes mes tâches domestiques. Et quand je voyais les mères courir après leurs enfants qui hurlaient, en moi-même, je les trouvais nulles.

12 ans et 3 enfants plus tard, j’agite le drapeau blanc. Mon expérience à moi de la maternité est assez loin de ce que j’avais envisagé. Mais tout va bien quand même.

 

 

 

Voici quelques unes des choses que j’avais juré que je ne ferais jamais en tant que mère, et pourquoi j’ai fini par les faire quand même :

 

1. J’ai laissé mes enfants manger du Mc Do.

Quand j’étais enceinte, je jurais que je ne laisserais mes enfants manger que des trucs sains, complets et faits maison. Au final, ma petite dernière sait ce que ce sont les frites (elle kiffe) et n’a jamais rencontré un bonbon qu’elle n’aime pas.

Mais si elle a évidemment gouté (et goute encore) des plats que je n’approuve pas, elle mange beaucoup de fruit, et presque tous ses menus sont faits maison. Parfois, elle préfère croquer dans les légumes que je pèle plutôt que de se chercher un cookie dans le placard. Tout va bien.

Et puis, j’ai réalisé que d’apprendre à mes enfants à choisir une nourriture saine prend une bien plus grande place dans leur vie que les quelques fois où ils vont au fast-food. Et j’en suis assez fière.

 

2. J’ai oublié de me laver ou de manger

Avant d’avoir un bébé, je me demandais comment les gens faisaient pour oublier leurs besoins primaires en devenant parents. Je regardais les mères et je pensais : « Tu te laisses un peu aller, là. » Je pensais que je ne serais jamais comme ça.

Et pourtant, il y a des jours où j’ai gardé mon pull avec des traces de vomi. D’autres où j’ai posé un lapin à ma douche. Et ne parlons pas des jours où j’ai réalisé, à 20h, que j'avais passé la journée à ne me nourrir que de tartines. Comment est-ce que ça a pu m’arriver, à moi qui adore manger ?

Ces jours-là, je pensais à l’heure du coucher, et je me souvenais que même si je ne ressemblais à rien, mes enfants allaient bien.

 

3. J’ai laissé mes enfants dormir dans mon lit.

J’ai allaité mon premier enfant, ce qui a impliqué au départ une tétée au grand minimum toutes les heures. Et mon fils pleurait, seul dans son lit. Il est donc resté dans notre lit. Plusieurs mois.

Trois ans plus tard, avec la naissance de ma fille, moi et mon conjoint avons rejoué à la même chose. Et là, je ne m’en faisais plus. Ca n’a pas endommagé ma relation avec le papa : soyons honnête, durant les premières semaines après un accouchement, il ne se passe pas grand-chose de bien folichon dans un lit conjugal.

En fait, le cododo a sauvé ma santé mentale pendant les premiers mois de mes enfants –oui, j’ai fait la même chose avec ma troisième. Je pouvais allaiter à la demande et m'endormir très facilement pendant la nuit.

Nous avons pris la décision de mettre les enfants dans leur propre lit dès l’âge de 4 ou 5 mois, peu à peu (souvent, ils nous rejoignaient en cours de nuit). Je vous rassure : mon fils de 12 ans ne partage plus mes nuits (pas plus que mes deux filles, de 9 et 6 ans). Ils dorment tous tranquillement dans leurs chambres à présent.

 

4. J'ai utilisé un moyen électronique pour faire tenir mon enfant en place.

Sortir votre petit enfant au restaurant, c’est regarder son diner refroidir dans son assiette en essayant de maintenir votre petite taureau en sécurité dans son arène.

Je me suis sentie très coupable de mettre des jeux à mon enfants sur mon téléphone, ou de le laisser regarder des vidéos pour pouvoir avaler mon assiette en vitesse.

Parfois, il faut choisir ses batailles. Je ne pense pas que les gadgets électroniques vont ruiner mon éducation tant qu’ils ne passent pas tout leur temps éveillé devant un écran.

 

5. J'ai laissé mes enfants sortir de la maison dans un état pitoyable.

Avant d’être maman, je fantasmais devant des images d’enfants parfaits, habillés parfaitement et sentant parfaitement bon.

Je pensais que si j’avais une fille, elle porterait des petits nœuds, de jolis leggins et des tuniques en jean (jamais de Princesse Disney !), et que si j’avais un garçon, je pourrais lui mettre des nœuds papillons de temps en temps et de jolies bretelles. Je pensais même coordonner leurs vêtements pour que les gens nous voient comme une famille –comme si le fait de se balader avec un môme en vélo, un autre qui te donne la main et un autre en écharpe n’était pas suffisant.

En vrai ? Mes enfants ont parfois quitté la maison en pyjama, surtout bébés, et quand ils étaient petits, ils arboraient toutes les couleurs de l’arc en ciel –en moins bien assorti. Ils n’étaient pas habillés comme dans le catalogue de la Redoute, et parfois c’était d’un mauvais gout parfait.

En fait, les enfants aiment ramper, courir et se salir à un point que je ne pouvais pas imaginer. Je n’envoie pas mes enfants jouer avec des habits que je ne veux pas qu’ils détruisent ou qui pourraient les restreindre dans leurs mouvements. Mes enfants sont plutôt heureux, et c’est tout ce que je leur souhaite.

 

6. J'ai pensé à tenir mon enfant en laisse.

Heureusement, je n’ai jamais vraiment fait ça, mais par contre, j’avoue y avoir pensé.

Imaginez-moi, avec ma tronche de post-partum, en train de courir après un gamin, tout en essayant de faire un nœud d’écharpe dans la rue. Si ce n’est pas un argument pour vous faire réfléchir à acheter une laisse à enfant, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

 

7. J'ai hurlé sur mes enfants.

Je suis très proche de mes enfants. Mais il n’y a pas que de bons moments. Il y a des jours très durs, et la plupart du temps, les enfants, surtout quand ils sont petits, ne savent pas s’arrêter.

Peu importe que ça m'ait rendue folle, j’ai toujours terminé la journée sur un câlin et un gros bisou, en leur rappelant à quel point je les aime.

Etre parent, c’est un challenge, même si on en a trois, même si on a de l'expérience, des copines et des lectures, et même si on les aime beaucoup beaucoup. J’ai décidé de ne plus regarder tous ces « ratés » en voyant que j’élevais des petits humains plutôt cools. Tout ce qui peut se passer en cours de route, ce ne sont que des détails.

 

Revecez gratuitement votre liste de question à poser à la maternité AVANT d'accoucher!

 

 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square