Please reload

Posts Récents

7 clés qui vous aideront à avoir un super accouchement (même si le précédent a été nul)

April 3, 2016

J’ai eu trois accouchement supers, été je sais donc à quel point ça peut être une expérience positive. Mais je sais aussi que j’ai eu de la chance. Dans mon travail d’accompagnante en périnatalité, j’ai entendu plein d’histoires horribles. Pour certaines, ça a été un cauchemar absolu. D’autres femmes font avec, mais se sentent quand même déçues.

Malheureusement, avoir un accouchement mal vécu est assez commun. Des recherches montrent qu’une mère sur trois dit que son accouchement a été traumatisant, et que 2 à 9 % des femmes ont des symptômes de stress post-traumatique après la naissance de leur enfant.

En fait, même si vous n’avez pas eu un « bel » accouchement la fois d’avant, ça ne veut pas dire que vous allez être victime des mêmes choses la fois prochaine. Vous pouvez faire beaucoup pour faire tourner les choses en votre faveur.

 

En travaillant avec les futures mères, j’essaye de transformer leur peur en confiance. Si vous vous sentez anxieuse en pensant à votre prochain accouchement, n’essayez pas de ne plus penser à ce qui vous effraye, mais focalisez vous sur ce qu’il peut y avoir de mieux pour vous. Les choix que vous faites durant votre grossesse peuvent vous mettre sur le chemin d’un accouchement mieux géré.

 

 

 

Voici ce que je peux vous recommander :

 

Informez-vous sur votre corps.

Allez à un cours de préparation à l’accouchement qui peut vous donner, à vous et à votre partenaire, de nouveaux outils, y compris de meilleures positions d’accouchement et des façons naturelles de vous soulager de la douleur.

Une mauvaise expérience précédente peut vous amener à douter de vos capacités à accoucher. Mais un cours positif vous donnera des données sur ce que votre corps sait faire et peut détruire des croyances comme « votre bassin était trop étroit ». La nature fabrique en général des bébés qui ont la bonne taille par rapport à votre corps. Beaucoup de femmes donnent naissance à des bébés plus gros, et plus facilement, pour leur second accouchement.

 

Pour votre suivi de grossesse, choisissez une personne qui vous respecte.

Le traumatisme lié à la naissance découle souvent de soins irrespectueux. Si vous avez eu une expérience malheureuse dans le passé, vous avez peut-être perdu foi en vos médecins et en vos sages-femmes. Rassurez-vous, il y a plein de soignants merveilleux. Prenez le temps de trouver la bonne personne.

En allant voir une maternité, une sage-femme ou un obstétricien, demandez-vous : « Est-ce qu’on me traite comme un patient ou comme une personne ? », « Qui a le pouvoir, dans cette relation ? », et « Est-ce que cette personne est gentille ? ». Faites confiance à votre instinct.

 

Pensez à prendre une doula, ou accompagnante en périnatalité.

Une accompagnante peut rester avec vous durant l’accouchement, et permet de se sentir protégée et soutenue, notamment dans le fait d’aider à gérer la douleur et de vous encourager. Elle est là pour vous donner plus de pouvoir, à vous et votre partenaire.

Des études montrent que les mères qui ont recours à une accompagnante subissent moins d’interventions et ont un meilleur vécu de leur accouchement. Même si vous devez avoir une césarienne, un bon soutien reste important.

 

Informez-vous sur les différentes options possibles en matière de césarienne.

Quand il est probable que vous ayez une césarienne, il est toujours possible d’avoir une naissance respectée. Vous pouvez parler des choses suivantes avec votre médecin : Baisser l’écran pour voir votre bébé dès sa sortie, attendre que le cordon cesse de battre pour le clamper, choisir votre musique, faire du peau-à-peau le plus rapidement possible avec votre bébé (dès la salle de réveil ?), autoriser votre partenaire à être présent, permettre le soutien d’une sage-femme à vos côtés.

 

Trouver l’endroit qui vous convient.

Recherchez le lieu de naissance qui respecte vos aspirations.

Vous pouvez recevoir ici une liste de questions à poser à la maternité.

 

 

Utilisez le pouvoir de votre esprit.

Je vous recommande de pratiquer des visualisations –comme d’imaginer une couleur autour de vous, une fleur qui s’ouvre à l’intérieur de vous, ou de vous voir dans un endroit calme au cœur de la nature- pour vous projeter vers l’accouchement que vous souhaitez.

Je pense aussi que les affirmations –comme de dire « oui » à chaque contraction – peut vous aider à créer une expérience plus positive.

 

Recherchez des histoires d’accouchement positives

C’est triste, mais les gens parlent bien plus de leurs mauvaises expériences que de leurs belles histoires. Rencontrez des femmes qui se sentent bien avec l’idée d’accoucher, que ce soit en personne ou en ligne. Il n’y a rien de tel que des histoires d’accouchement positives pour vous faire retrouver confiance en vous.

Si vous avez auparavant eu une mauvaise expérience, faites la paix avec elle avant que l’accouchement ne débute. Vous ne pouvez pas changer ce qui est arrivé, mais vous pouvez changer ce que vous ressentez à ce sujet. Une des choses les plus apaisantes à faire est de partager votre histoire avec une personne qui vous écoutera (et pas une future maman primipare !). Vous pouvez aussi  aller votre thérapeute pour que vos souvenirs soient revisités et que vous retrouviez votre pouvoir.

 

 

 

Margot Robert Winterhalter est accompagnante en périnatalité et psychopraticienne en thérapie conjugale et familiale. Son travail est  d’aider les femmes à retrouver confiance en leur corps, notamment lors de l’accouchement.

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square