Please reload

Posts Récents

Serez-vous maman toute votre vie ?

February 2, 2016

Si vous êtes mère de famille, j’aimerais vous poser une question toute simple : Serez-vous maman toute votre vie ?

 

« Une fois qu’on est maman, c’est pour toute la vie !»

 

Je ne suis pas d’accord avec cette vision qui est extrêmement répandue, tellement répandue qu’elle parait tout à fait naturelle. Je considère qu’être parent, c’est une fonction temporaire. Ce n’est pas une fonction qu’on aura pour toute la vie.

 

 

Au moment où j’attendais mon premier enfant, mon fils, j’avais déjà pris conscience d’un certain nombre de choses. Une des choses dont j’avais pris conscience, c’est que nos enfants ne nous appartiennent pas. Les enfants sont des êtres à part entière qui nous sont confiés, et nous avons un rôle à jouer vis-à-vis d’eux. Ce rôle consiste à les protéger, à les  nourrir, à les éduquer, à les aider à grandir. Je savais dès la naissance de mon premier enfant qu’un jour mon rôle s’arrêterait  au moment où mon enfant deviendrait autonome.

 

Les mammifères femelles qui nous ressemblent et qui vivent en groupe (principalement les singes, donc, mais aussi les éléphants, les orques…) restent la plupart du temps proches de leurs enfants, au moins les femelles, pour la vie entière, mais sans gérer leur vie à leur place et sans les nourrir. Elles deviennent égales et partenaires. Les jeunes mâles, eux, soient s’en vont, soient entretiennent un lien distant d’adulte à adulte. La dépendance n’existe plus.

 

Vous allez peut-être être choquée, mais je considère que notre mission en tant que femmes est la même que la mission des autres mammifères : notre mission d’éducatrice et de nourricière est temporaire.

 

On conduit nos enfants hors de leur condition de dépendance pour les amener à l’autonomie. On va les faire sortir du foyer, du cocon familial pour les amener à affronter le monde seuls, parce qu’ils sont devenus autonomes, compétents, et ils n’ont plus besoin de se référer à papa et maman pour pouvoir vivre dans ce monde. Le fait de considérer les parents comme un soutien moral, familial et financier relève du confort et de l’amour, pas d’un lien de dépendance absolue.

 

Remarquez que dans beaucoup de situations, on est très loin de cette vision, et pourtant, c’est cela, l’essence de l’éducation. Nous projetons nos enfants dans l’avenir, dans le monde, mais nous ne sommes pas les propriétaires de nos enfants. Je pense que c’est quelque chose qu’il faut nous rappeler à n’importe quel moment de notre vie.

 

Je ne suis pas Maman pour la vie d’un fil et de deux filles. J’ai accueilli un fils et deux filles dans ma vie à moi. Je ne suis pas Mère de famille à part entière. Ce n’est pas mon identité. C’est mon rôle.

 

Je vais avoir le rôle de mère de famille pendant un certain nombre d’années, et ma responsabilité consiste à prendre soin de mes enfants, à les protéger, à les nourrir, à leur donner tous les éléments d’éducation pour les rendre autonome. Je le dis à mes enfants : « Quand vous aurez 18 ans, vous serez adultes. »

 

Parallèlement à mes maternités, je suis devenue accompagnante en périnatalité, et pour moi c’était simple de concevoir que dans mon métier, j’accompagne sur une durée déterminée : le temps d’une grossesse et un peu après. Les mères sont alors mes clientes, mais une fois cette période finie, les mères ont leur vie à elles, et je ne suis plus leur accompagnante. Mon identité n’est pas d’être accompagnante en périnatalité de Mélanie ou de Nadia ou de n’importe quelle autre mère. C’est mon rôle à un moment donné.

 

Un rôle a un début et une fin. Une identité n’a pas de fin. Ne soyez pas esclave de votre identité de mère de famille jusqu’à la fin de vos jours. Je refuse d’être dépendante à vie de cette identité-là.

Quand vos enfants s’en vont, si vous vous êtes identifiées au fait d’être mère de famille, vous allez avoir énormément de difficulté à voir vos enfants quitter la maison. Vous allez vous accrocher à vos enfants. Si vous n’y parvenez pas, parce que vos enfants tiennent à leur indépendance, vous allez déprimer, vous allez vous plaindre en permanence : «  Tu es loin, tu me manques ! Pourquoi ne prends-tu pas plus de nouvelles plus souvent ? »

 

Cette douleur-là est due au fait de vous être identifiée au rôle de mère. Vous n’êtes pas QUE mère. Vous jouez votre rôle de mère. Si vos enfants sont encore jeunes, préparez vous mentalement au fait qu’un jour vous aurez terminé votre tâche.

 

Vous avez peut-être été étudiante pendant 3 ans, et à un moment donné vous avez terminé vos études, avec le bagage que vous vous êtes créé grâce à cela. C’est ce que je vous souhaite ! Un jour, votre mission de maman sera terminée, et vous vivrez avec tout ce que ça vous aura apporté.

 

Je ne fais qu’accueillir pendant quelques années un être qui ne m’appartient pas, et ma responsabilité va être de l’accompagner pendant un certain temps. Si j’ai déjà la fin de mon mandat en tête au moment où j’accueille un nouveau-né, cela change tout. Mes comportements ne seront plus les mêmes. Je sais déjà qu’il va falloir que je mène cet enfant à l’autonomie.

 

Nous propulsons nos enfants dans la vie. Cette idée m’accompagne pendant mon mandat de mère de famille. Et c’est une vision très positive de mon rôle de maman !

 

Je suis heureuse de vous partager ça pour que vous aussi vous ne soyez pas maman toute votre vie.

 

 

Si vous vous apprêtez à devenir mère, je vous propose de télécharger la liste de question à poser à la maternité AVANT votre accouchement.

 

 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square